Ramadan et médicaments

21 mai 2018

La prise de médicaments pendant le Ramadan n'est pas toujours évidente et elle ne se pratique pas toujours de manière logique et rationnelle car il faut prendre en compte deux aspects:

Le premier en rapport avec la religion. En effet, médecins et ouléma et encore moins les malades ne s'accordent pas sur la compatibilité du jeûne avec différentes voies d'administration.

 Le deuxième facteur, quant à lui, est relatif aux aspects médicaux et scientifiques. La question qui se pose alors est celle de savoir si la prise de médicaments le soir après le jeûne va générer des effets thérapeutiques et une tolérance équivalents à la prise du jour.

Du point de vue religieux, la réponse n'est pas évidente. Les avis ont pendant longtemps divergé, toutefois un accord a été enfin trouvé, indiquant que seule l'administration par voie orale était incompatible. C'est-à-dire que les voies locales (pommade, spray, bandes), les voies oculaire et nasale, les voies rectale et vaginale, les voies sous-cutanée et intramusculaire, l'administration par aérosol sont compatibles avec le jeûne.

Quant aux horaires de la prise, on ne peut pas toujours changer la prise du jour vers la nuit sans prendre certaines précautions surtout quand il s'agit de médicaments à marge thérapeutique étroite et de médicaments indiqués dans les maladies chroniques. Il est plus prudent dans ces cas de changer la prescription deux semaines avant le Ramadan. Pendant la première, le médecin devra constater l'efficacité de la thérapeutique et la stabilité de la maladie. Ce n'est que vers la deuxième semaine qu'il pourra opérer des ajustements en cas de nécessité. ll s'agit de s'assurer que le changement n'influence ni la tolérance du médicament ni son efficacité. Ceci concerne plus particulièrement les anti-inflammatoires à cause de leurs effets indésirables.Pour les médicaments nécessitant deux prises, leur répartition peut s'envisager par la désignation de la première prise au moment de la rupture du jeûne et la deuxième juste avant le lever du soleil.

Par Najib Lahlou Allergologue

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article